Zendaya, princesse du clash intelligent

Connaissez-vous Zendaya ? Peut-être pas ? C’est bien dommage. Personnellement, nous aurions beaucoup aimé la rencontrer vers nos 7 ans, cet âge d’éveil où nous commencions à réaliser que Barbies, Princesses Disney et autres avatars de gente féminine placardée sur nos murs déployaient un modèle uniformisé bien éloigné de nos traits physiques personnels. Qui sait. Peut être qu’alors, entre autres méfaits étonnement progressistes de Disney Channel (Le Petit Malin, Phénomène Raven, Cool Attitude), nous serions devenues fan de K.C. Undercover. Peut être que nous aurions compris la définition de l’appropriation culturelle via l’Instagram de Zendaya. Et notre blonde de maman nous aurait sûrement acheté la poupée Barbie à son effigie, peau caramel et dreadlocks toutes dehors – parce que notre maman aurait intuitivement su que la représentation est prépondérante dans la construction identitaire.

24-zendaya-oscars-hair-w750-h560-2x

L’intérêt pour la jeune femme (outre notre goût prononcé pour la mode et les blagues potaches 2.0, domaines dans lesquelles elle excelle) vient principalement des usages qu’elle fait de sa notoriété. Pour le dire simplement, Z. mélange avec brio son mode de vie de star avec les problématiques sociales qui lui tiennent à cœur. Beaucoup plus mainstream – et intelligente quant à l’utilisation de son métissage – qu’une Amandla Stenberg, elle touche les masses non seulement par son utilisation de canaux hyper vendeurs (elle fait partie de Disney Channel mais également du crew « vive la mélanine (mais pas trop) » de Beyoncé, nouvelle reine autoproclamée de la cause noire (LOL)), mais également parce que sa personnalité de diablotin alternant humour et prises de position vitriolée contre ses détracteurs sont d’imparables ingrédients de succès et de son identité de « role model« .

Pour mieux la (re)découvrir, nous avons listé 11 fois où Zendaya a changé notre expression faciale en moue impressionnée, la phrase « damn girl, you slay ! » rythmant nos hochements de tête entendus :

zendaya

1) Quand elle a crucifié une « journaliste » qui critiquait ses cheveux / « T’es dans ta jalousie, j’ai une Barbie à mon effigie »:

Fin 2015, par une belle nuit d’Oscars, Zendaya choisit d’honorer le tapis rouge de sa présence coiffée de dreadlocks. Si la plupart l’encensa pour ce look peu commun dans les arcanes du pouvoir, l’intervenante du show E! Fashion Police Giuliana Rancic eut le bon goût de supposer, entre autres remarques raffinées, que la coiffure de Z. sentait le « patchouli et la weed ».

Petit aparté: ce genre de remarques bien trop fréquent nous démontre, outre la bêtise connue des médias estampillés mode (mais à quoi sert un magazine féminin si ce n’est à vous rappeler que vous êtes inutile, mais que pour 5 euros plus 200 euros de crème Clarins vous pourrez tenter d’y remédier ?), l’hypocrisie rampante propre à l’appropriation culturelle: si les locks ne plaisent pas à Giuliana Rancic sur Zendaya, elles les trouve par contre très bien sur Kylie Jenner: nous vous laissons devinez ce qui – à part l’intelligence, le talent et l’usage de chirurgie esthétique – différencie les deux jeunes femmes.

Mais revenons à nos moutons: si Zendaya préfère généralement superbement ignorer ses haters, il faut croire que Giuliana Rancic a ici dépassé les bornes. La jeune femme se fendit donc d’une longue note à l’intention de la “journaliste”, renvoyant cette dernière au rang d’ignorant cancre qui était le sien. Jugez par vous-mêmes:

enhanced-2365-1449261914-2

Le texte n’est pas passé inaperçu (et ce malgré les excuses de l’intéressée, qui se défendit en prétendant faire en réalité référence à une « look chic et bohémien » mais bien sûr prends nous pour des connes); s’il se suffisait à lui-même pour clôturer l’affaire par un uppercut digne de Tyson, ce fut Mattel (flairant le bon coup marketing) qui porta le K.O. final  en créant une Barbie Zendaya inspirée de son look aux Oscars. BOUM.

enhanced-28951-1449163068-1

2) Quand elle a torpillé un troll qui s’en prenait à une demoiselle ne portant pas de maquillage:

Si vous ne faîtes pas partie de ces gens fascinés par la bêtise humaine, vous n’êtes peut être pas familiers – grand bien vous fasse – de ces nombreux médias promouvant une vision « virile » de l’homme moderne (traduire ici par: « j’ai deux neurones et ils sont placés en dessous du ceinturon »). Voici l’exemple de Manstagram, grand ponte de la dite catégorie:

manstagram

Manque de bol pour l’auteur, ce post fut porté à la connaissance de Zendaya que se fit un plaisir d’y répondre (regardez les chiffres):

Comme on dit chez nous: REP A SA. Pour la petite histoire, la victime de ce tweet se fendit d’une jolie réponse à Zendaya, bel exemple de girlpower et de la force que les femmes peuvent mutuellement s’insuffler lorsqu’elles se soutiennent (c’est à dire, pas souvent).

3) Quand elle a tourné dans CET EPISODE de K.C. Undercover.

Comme mentionné précédemment, Zendaya est la star de la série à succès pour adolescents K.C Undercover. Elle y joue K.C. Cooper, une lycéenne à tendance tomboy aux dons inouïs pour les maths et la blague piquante, involontairement enrôlée comme agent spécial. Dans la dernière saison, elle endosse le rôle de Cleo Brown, première femme noire espionne de son agence. L’épisode est l’occasion pour Z. de placer l’un de ses chevaux de bataille favoris: le féminisme intersectionnel. Nous attendons la même en France (LOL).

 

4) Quand elle s’en ait pris à l’actrice Julie « t’es qui toi ? » Klausner qui la critiquait pour sa maigreur:

Un beau soir de mars 2016, une certaine Julie Klausner (inconnue au bataillon dont le prénom nous fait un peu honte) cru bon de s’en prendre à Zendaya en l’accusant d’anorexie dans un tweet d’une finesse remarquable:

Sauf que cocotte, au risque d’exploser ton monde fait de gros clichés bien installés: certaines femmes sont naturellement minces, voir très minces. Et leur petit tour de taille n’en fait pas moins des femmes. In-cro-yable, n’est-ce pas ?

Bien entendu, il ne fallut pas attendre bien longtemps pour que Zendaya réponde (faisant ainsi plaisir à toutes les maigrichonnes de la planète… Rejoice mes sœurs, nous avons trouvé notre apôtre) et explosant par la même occasion l’argument de vente principal de Klausner, cette dernière se définissant comme « actrice féministe »:

https://twitter.com/Zendaya/status/709029343805050880?ref_src=twsrc%5Etfw

 

5) Quand elle nous fait suivre les débats présidentiels sur Snapchat:

Le Snap de Zendaya est un petit havre de paix dans la folie du monde digital (un peu comme Tumblr). Quand elle ne vous fait pas visiter la Maison Blanche, découvrir un nouveau produit capillaire proche de la sorcellerie ou qu’elle ne dézingue pas une tenante de magasin au comportement irrespectueux, Zendaya vous fait suivre les débats présidentiels. En plus de ses commentaire et selfies à mourir de rire, la jeunette est par ailleurs très engagée sur le vote des millenials, qu’elle enjoint régulièrement à s’inscrire :

 

6) Quand elle incarne sûrement Mary-Jane.

Dans un monde où une série comme Luke Cage se retrouve noyée entre appréciation hystérique (elle a fait crasher Netflix) et un océan de white tears se plaignant de la majorité d’acteurs noirs dans un show à succès (nous espérons que ces individus « évidemment pas racistes » se plaignent avec autant de virulence pour toutes les séries ne figurant majoritairement que des acteurs blancs (à la louche, 80%)), le dernier casting de Zendaya va forcément faire beaucoup de bruit: il semblerait que la belle ait été choisie comme love interest du prochain Spiderman. Nous vous laissons imaginer la poudrière que furent les réseaux sociaux à cette annonce, la polémique enflant assez pour que le réalisateur du film décide d’intervenir. Zendaya n’a pas commenté, elle a bien fait. Sa seule présence à l’écran pour un film qui, aux vues des réactions dithyrambiques face à la présence du jeunot Spidey dans Civil War (et parce que Disney a tout intérêt à mettre les bouchées double pour un opus marquant le « retour » (Spiderman : Homecoming) de l’homme araignée au bercail Marvel) s’annonce dantesque, sera suffisante pour écraser les mécontents.

Non mais regardez moi ce casting… Comment ne pas tomber amoureux:

tumblr_oeg8rqzoh41vsqawdo1_500

7) Quand elle est tout simplement sublime:

Minute superficielle oblige, mettons ce temps à profit pour admirer la beauté de la jeune femme. Naturelle, maquillée, cheveux raides, frisés, courts, longs, blonds, noirs, en pantalon, jupe, robe, jogging… Tout lui va. Quelqu’un a dit « eugénisme 2.0 » dans la salle ?

screen-shot-2016-04-01-at-1-33-03-pm-849x640

tumblr_oebl1thaxs1s6si19o1_500

tumblr_oejdcy8kz11qiaeleo1_500

tumblr_oeqnvxm9dg1qiaeleo2_540

tumblr_ocafafrq8d1vsjtkfo3_r2_500

tumblr_oej1vnvbzg1s6si19o1_500

8) Quand elle a parfaitement expliqué ce qu’était l’appropriation culturelle.

Aaaaah l’appropriation culturelle, ce grand cheval de bataille de l’afro-américasime que certains s’efforcent à ne pas comprendre… Heureusement, Zendaya veille au grain. Et c’est dans une interview accordée à Nylon que la jeune femme déclara sur le sujet: « Vous devez faire attention. Certaines choses sont sacrées et importantes pour d’autres cultures; vous devez donc en être conscient – politiquement – avant de les adopter (…). Pour apprécier quelque chose, vous devez connaître et comprendre. Vous ne portez pas un vêtement à la légère – vous devez comprendre l’histoire derrière. J’invite tout le monde à faire un pas vers plus de connaissance et d’apprendre sur ces choses (…). Je ne me sens pas confortable avant de comprendre. Je ne vais pas essayer quelque chose avant d’avoir pris le temps et fait l’effort d’apprendre. Avec Internet et toutes les ressources que nous avons, vous pouvez faire quelques recherches ».

Le moment « Top-Synapses-Challenge » vous est offert par Amandla Stenberg:

Arrêtons nous quelques minutes sur l’appropriation culturelle: il est important de bien comprendre la limite entre appréciation et appropriation – ce qui évitera de beugler au meurtre à chaque fois qu’une femme blanche affiche des nattes. Tout le monde a le droit de porter ce qu’il veut et de fusionner les styles (nous serions de bien mauvaise métisses si nous prétendions le contraire). Par contre, quand un individu utilise une élément clichéisé propre à une culture qui n’est pas la sienne et sur laquelle il n’a aucune connaissance/respect souvent simplement pour se faire de l’argent, là, il y a problème. Prenons Miley Cyrus, pire exemple de tout d’appropriation culturelle. Ou encore Cosmo, qui ne reconnaît l’existence/légitimité des nattes, baby hair et autres styles capillaires typiquement afro que lorsque des femmes blanches se mettent à les porter (le nom savant de cette pratique est la connerie le Colombusing). Par contre, quand votre camarade blanche qui a grandi dans la même cité que vous porte des tresses, ou quand votre collègue blonde adoratrice d’Angela Davis va chez un coiffeur afro pour se faire les mêmes coupes que Beyoncé dans Lemonade: cela s’appelle de l’appréciation, de la « fluidité culturelle ». Merci de bien marquer la différence (parce que sinon, nous pouvons aussi créer des pays bien unifiés ethniquement, de préférence encerclés par des murs histoire d’être bien certains qu’aucun mélange ne soit possible. Chacun chez soi et les hippopotames seront bien gardés). Si malgré nos explications vous ne comprenez toujours pas, nous terminerons avec sa majesté Eminem qui, il y a 10 ans, définissait brillamment l’appropriation culturelle – et ce bien avant que le concept soit cool -: « Though I’m not the first king of controversy / I am the worst thing since Elvis Presley / To do Black Music so selfishly and use it to get myself wealthy / (Hey) there’s a concept that works / 20 million other white rappers emerge / but no matter how many fish in the sea it’d be so empty without me ».

9) Quand à 20 ans, en plus de ses activités philanthropes, elle est déjà une business woman avertie.

Zendaya est une marque à elle toute seule. En plus de ces activités cinématographiques et musicales, son statut d’icône de la mode lui a permit de créer sa propre collection de vêtement Daya, de s’associer avec Michael Kors et de prochainement lancer son App.

 

10) Quand elle a refusé d’être photoshopée:

Pas besoin de mille mots, l’image parle d’elle-même:

 

11) Quand elle a répondu avec la grâce qui est la sienne aux critiques sur son métissage:

A ceux qui auraient l’impression que nous vilipendons un peu trop souvent une caste résolument blanche, cette partie est pour vous: nous allons vous montrer qu’il y a des imbéciles des deux côtés. Rappelons que reconnaître le métissage – ou toute zone floue en général – est un cheminement intellectuel compliqué pour certaines personnes dont le monde se résume en catégories bien distinctes (n’oublions jamais que l’intelligence s’apparente à une erreur naturelle, utiliser son cerveau requérant beaucoup d’énergie). Mais revenons à Zendaya. Nous passerons sur les désobligeantes remarques balancées à ses parents pour nous attarder sur une interview donnée au magazine Complex. Lors de cet entretient, la belle fit mention de son métissage comme une zone grise. Apparemment, la remarque n’a pas plu. Florilège:

A – Les complotistes:

Brainwashed ? Brainwashed de quoi ? Parce qu’elle décrit son identité pour ce qu’elle est, elle est brainwashed« They », « the new black ideology » (WTF): parce que le métissage est une nouvelle entreprise de sape de la cause noire américaine, c’est bien connu (avec les reptiliens et les juifs).

B – Sang Pur VS Sang-de-bourbe:

Au oui, c’est vrai – comme toute métisse l’a forcément entendu dans sa vie – : “Pourquoi tu compliques ? T’as du sang noir donc t’es noir”. Disséquer la bêtise extrême et le racisme latent de cette remarque demanderait un article entier que nous écrirons peut-être un jour. Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui, nous nous contenterons de conseiller au petit Isaac de prendre deux pots de peinture – un noir un blanc -,  de les mélanger, et de nous dire s’il voit plutôt du gris ou du « noir clair ». De sa réponse dépendra son passage en grande section de maternelle (et s’il veut passer en CP, il nous fera le plaisir de réfléchir aux raisons pour lesquelles cela ne lui viendra par contre jamais à l’esprit de définir un individu métisse comme blanc).

C – « Chacun chez soi et les hippopotames seront bien gardés » bis:

Ah oui, c’est vrai: si tu n’est pas “vraiment noir”, tu ne peux pas être un activiste. Nous proposons à Sensei et autres tenanciers de cette fort intelligente rhétorique: 1) d’ouvrir un livre d’histoire 2) d’établir sur Paint un spectre de couleurs correspondant à « vraiment noir ». Cela évitera toute confusion à l’avenir.

D – “Truth is singular. Its ‘versions’ are mistruths.” – David Mitchell, Cloud Atlas:

Ah oui, c’est vrai: l’identité est une construction exclusivement sociale. Et du coup JB, en suivant cette logique, puisque la société m’identifie comme une pute lorsque je porte des jupes, j’en suis vraiment une ? Pour ton information, la réalité ne s’altère pas parce que toi et tes semblables avez le cerveau écrasé par le poids de constructions sociales: Zendaya est métisse – noire/blanche et bien plus, car comme l’a parfaitement défini Edgar Morin: le tout ne se limite pas à la somme des parties -, que cela te plaise ou non.

(ps: un jour viendra où il faudra sérieusement discuter du « colorisme » et de son intrinsèque/inquiétant refus d’identifier les individus métisses comme métisses (il est vrai que « privilège de l’homme/femme noir(e) à peau claire » transpire la justesse. Ce que certains sont prêts à inventer pour refuser toute complexité identitaire…).

E – Réponse de Zendaya : « cuz I slay, I slay… »

Nous l’accordons gracieusement aux individus précédemment mentionnés: se retrouver face à une femme refusant de se laisser définir par les normes étriquées et racisées d’une société américaine entrain de se phagocytée toute seule, ça doit faire peur. Mais bien entendu, Zendaya répondit à ces affligeantes critiques avec la grâce qui est la sienne, en citant de manière impénitente son interview:

En conclusion, Zendaya merci. Continue à nous faire rire et réfléchir. Continue à nous rendre fières. Continue à nous faire rêver. Ne change rien.

Bonus (le fanart qui a littéralement fait fondre notre petit coeur geek café au lait. Bisous les haters):

tumblr_ocj37gnqgj1vux1guo1_500

Photo de Une : © Seventeen