Libération – « IVG : un syndicat de gynécologues dans le viseur de la justice »

Ce n’est pas trop tôt. Il aura fallu attendre un énième débordement – un chantage à l’IVG – et quelques 13 000 mails pour que l’Ordre des médecins sorte enfin de sa léthargie et prennent des mesures contre ce ramassis de réactionnaires misogynes tenant la tête du SYNGOF. C’est un début, mais ce n’est clairement pas assez. Du coup chez Girlshood on s’interroge : pourquoi les gynécologues acceptent-ielles d’être représenté.e.s par des individus ne faisant que ternir la réputation déjà fort mal en point de la médecine face à la santé féminine ? Pourquoi ne les entendons-nous pas dans la rue, dans les médias ou lors de tribunes, à hurler leur mécontentement face à une présidence syndicale dont les idées nauséabondes sur l’IVG, les violences sexuelles ou les violences obstétriciennes inondent l’espace public tous les 4 mois ? À lire ici.

05/04/2019, Catherine Mallavel et Anais Moran