Les génies du digital – Sailor J, le féminisme caustique qu’on attendait

Comme nous vous l’avions mentionné dans un précédent article sur deux Youtubeuse géniales, trouver de la sirène drôle dans l’océan qu’est l’hébergeur de vidéos semble parfois chose difficile. Certains vous soutiendront que l’humour étant la forme ultime de l’intelligence, il ne peut fatalement qu’être l’apanage du masculin ha-ha-ha-tu-sors-Nicolas. Pour à nouveau faire mentir les haineux par la preuve du contraire, nous vous partageons ici notre dernière trouvaille : elle se nomme Sailor J.

Il y a l’humour potache, l’humour grinçant, l’humour bizarre, l’humour éclairé etc… Et au milieu, il y a Sailor J. Son sarcasme, son sens de la phrase assassine et sa subtilité décalée lui permettent de brasser dans une même vidéo plus de problématiques sociétales que Bono sur un album. Nous ne vous écraserons pas de mille mots dithyrambiques : jugez par vous-mêmes.

1) Comment se trouver un homme :

C’est avec ce post – et sa suite – que nous avons découvert Sailor J : le coup de foudre fut immédiat. Reprenant la rhétorique des bloggueuse beauté en la parodiant à l’extrême – un peu à la manière de Jenna Marbles avec la géniale « How To Get Ready For A Date » -, elle cumule les pics contre l’imagerie inatteignable accolée à l’idée de beauté, le racisme de l’industrie du maquillage ou encore la réduction du rôle féminin à celui d’épouse :

Punchlines :

« La première chose à faire, c’est de cacher le fait que nous sommes couvertes de peau humaine. Si les hommes le découvrent c’est fini, personne ne voudra plus nous faire d’enfants »
« Si vous ne ressemblez pas à une bloggueuse beauté blanche, c’est fini pour vous »
« Regardez moi : je ressemble déjà à une mariée »
«  »Champagne », c’est toujours une bonne couleur. Un homme va me voir et penser : « wow, une femme née avec des paupières dorées » »
« Je ne vois rien avec ces faux cils. Mais qui a besoin de voir quand on a un homme ? »
« J’ai utilisé ce rouge à lèvre dans le ton « fais-moi des enfants s’il te plait » et celui-ci dans le ton « les femmes n’ont pas besoin de voter » »

Bonus : la suite de cette vidéo se focalise sur le contouring – et c’est à mourir de rire -.

 

2) L’appropriation culturelle pour les nuls :

Après avoir dézingué l’impératif de beauté vide socialement imposé aux femmes, la vidéo qui suit a fini de nous convaincre : nous avions trouvé une perle en la personne de Sailor J. Vous pensiez qu’il était impossible d’être drôlastique tout en faisant dans le féminisme intersectionnel ? Vous aviez tort. La preuve avec cette caustique leçon d’appropriation culturelle, qui mord exactement là où ça fait très mal (la preuve dans les commentaires outrés #ExtraSaltyWhiteTears) :

Punchlines :

« **voix de présentatrice télé** Êtes-vous à un débat sociétal près de vous faire bannir du déjeuner familial ? »
« Les amérindiens ne portaient pas de faux cils mais nous allons en rajouter, parce que nous choisissons ce qui nous arrange. C’est ce que nous faisons avec le reste de leur culture. C’est ce que nous faisons avec toutes les autres cultures, non ? »
« Mettons du blanc en dessous de nos yeux pour qu’ils se voient plus, agrandis par la terreur. Le colonisateur aime quand tu as l’air effrayé »
« L’important c’est ta propre commodité, non pas le bien être d’une nation traumatisée »

Bonus : Sailor J a répondu à certaines des plus belles insultes suite à cette vidéo (attention, racismes sans frontière en vue).

 

3) Sorority is the new black ?

Sujet tabou dans les réseaux féministes, nous nous devons néanmoins de le rappeler : la sororité en live et technicolor, ce n’est pas encore ça. Plusieurs facteurs sont sûrement à blâmer, dont deux simplissimes à comprendre. Tout d’abord – attention au scoop – :  oui les femmes sont des êtres humains comme les autres ; non la dotation d’un vagin ne limite a priori pas l’assujettissement au triptyque « mé » (médiocrité, mesquinerie, méchanceté). D’autre part, la logique patriarcale les a historiquement toujours incitées à se marcher les unes sur les autres.
Cela posé, revenons sur cette vidéo dans laquelle Sailor J s’en prend donc aux « Pick Me Ass Hoes » : ces dame qui piétinent allègrement leurs semblables dans le seul but de se mettre en valeur (généralement aux yeux d’un homme). Ça mord en plein dans la couenne de notre petit kokoro de femelle. Mais ici les enfants, c’est la vraie vie :

Punchlines :

« Règle N°1 : soyez sûre que tout le monde soit au courant de votre dédain pour votre genre »
« Elle porte des talons ? Pute. Elle a besoin d’oxygène pour respirer ? Pute. Elle mange ? Pute »
« Je porte des pulls en juillet parce que je me respecte. Je préférerais mourir par hyperthermie que de laisser un homme penser que je ne me respecte pas »
« La clé ici, c’est de ne pas vous occuper de vos putain d’affaires »
« Celle Qui A Des Tétons Brûlera Dans Un Lac De Feu »
« Ce n’est pas de votre faute si vous surnagez dans une mer de femmes qui veulent manger et voter »

 

Gros Bonus :

Le pseudo tutoriel – Même la vraie-fausse promotion d’un produit cosmétique prend des allures de caustique foutage de gueule. Et c’est également l’occasion pour Sailor J de balancer quelques subtiles pics sur la richesse induite par le maquillage, Weinstein, ou encore Brock Turner et les Susans.

La vie d’étudiant – Parce que toi même tu sais :

Le côté obscure de l’astrologie – Sailor J est actuellement en pleine croisade de représentation des signes du Zodiac. Si vous pouvez encaisser, l’instant gaudriole est garanti :

Retrouvez Sailor J sur sa chaîne Youtube !