Konbini – « Mads Mikkelsen : portrait d’un juré aux géniales facettes »

À moins de vivre reclus dans une grotte perdue au sein d’une galaxie lointaine, très lointaine, il ne vous a pas échappé que le Festival de Cannes battait son plein. Nous n’allons pas vous mentir, nous ne sommes pas grands aficionados de ladite cérémonie (le désaveu pour cette institution a pris naissance lors de ses 60 ans grâce à plusieurs reportages du Petit Journal présentant, entre autres joyeusetés de riches, des soirées « pêche à la bimbo’ (comprendre : des adolescentes en bikini dans des piscines au sein de bar pêchées par des sugar daddies, dont les bénéfices étaient reversés à une cause quelconque pour « aider les petits africains ». À Cannes, on fait la chasse à la salope le soir et le jour on attribue un prix à un film muet serbo-grec de 03h48 produit par un studio zimbabwéen que personne n’ira voir, histoire de se donner bonne conscience)). Bref, diatribe fermée. Mais cette année, l’immense Mads Mikkelsen est juré, et nous ne pouvions qu’y être sensibles : Pusher, Casino Royale, Hannibal (où son interprétation enterre littéralement celle d’Anthony Hopkins), La Chasse, Valhalla Rising… Ce demi-dieu danois pourrait tenir à lui tout seul 10 pages dans nos « Obsessions Malsaines« . Mais comme nous avons la flemme, nous vous partageons plutôt un article de Konbini retraçant le sujet.  À lire ici.

yLSu8wQ

Le 13/05/2016, par Charles Carrot.