10 bonnes raisons d’être en couple

Flickr - CC - Franck Mahon

Voilà, vous avez été nombreuses à répondre à mon appel de la semaine dernière. Nombreuses à me faire sourire, à éveiller ma curiosité, à me faire réfléchir à la notion de couple et à l’intérêt de l’adopter dans son quotidien. D’autant que j’ai l’air de filer tout droit vers ce que vous vivez depuis quelques années. L’autre soir X. a laissé un tee-shirt chez moi en plus de sa brosse à dent. On court tout droit à la catastrophe.

Frissonnante d’angoisse, je me suis tournée vers ma boîte mail et j’ai (re)(re)lu vos messages… Alors, dites-moi, pourquoi c’est « trop bien d’être en couple ? »

1/ Avoir quelqu’un sur qui compter

« Parce qu’on a toujours quelqu’un sur qui compter et à qui faire confiance à portée de main », M.

Chère M., mmmh, I get your point, mais je n’ai pas besoin d’être en couple pour trouver quelqu’un sur qui compter et à qui faire confiance. Mon amie M. par exemple (qui partage donc la même initiale que vous, vous l’aurez remarqué) remplit très bien ce rôle. D’autant qu’elle sera également très bientôt « à portée de main » puisque nous emménageons ensemble. Mais bon, cet argument ne devrait pas vous convaincre, j’ai le sentiment que vous faites partie de ces gens qui lèvent un sourcil sceptique quand je leur annonce qu’à 27 ans, fraîchement en couple avec un homme formidable de cinq ans mon aîné, je décide d’emménager avec une amie (partyyy) plutôt que d’attendre un peu et de le faire avec lui (no way).

2/ Avoir quelqu’un qui nous aime

« Parce qu’on a parfois du mal à s’aimer seule, l’appui de quelqu’un ça fait toujours du bien lolllll », C.

Chère C., déjà sachez que vous pourrez mettre autant de « l » que vous voulez à ce « lol », il ne se transformera pas en un rire franc, un mdr, un ptdr, un wink wink je blague, non. Lol ou lolllllll, on continuera de lire cette phrase avec ce sourire mi-gêné, mi-déprimé, car oui, cette phrase fait peur. En tout cas cette phrase ME fait peur. J’ose croire que l’argent dépensé en thérapie ces dernières années (ne pas faire le calcul, ne pas faire le calcul) n’a pas été vain et que je sais désormais m’aimer seule, du moins suffisamment pour ne pas pleurer le soir où internet saute et que je dois passer une soirée en tête à tête avec moi-même sans Friends. Non, non, être en couple pour trouver son reflet dans les yeux de quelqu’un, j’ai donné. C’est sans doute l’une des premières choses que j’ai été tentée d’abandonner en passant le cap des 25 années. Je vous conseille donc, chère C., de vous tourner immédiatement vers un top 10 des raisons pour lesquelles être célibataire c’est juste la vie. Nous vous recommandons dès à présent notre rubrique Nuits Blanches.

3/ Parce que « spooner » c’est la vie

« Ben parce que « spooner » c’est la vie », M.

M., votre mail était long, plein de raisons philosophiques, d’envolées lyriques telles que « se faire avancer avec des discussions méga profondes parce qu’on se laisse connaître l’un l’autre au plus profond de notre être » (qui, pour être honnête, m’ont un peu fait peur également) mais nous retiendrons les premiers mots de votre message, parce que oui, vous avez raison, et c’est bien pour ça qu’instinctivement vous avez commencé par là : spooner c’est la vie.

Et que pour le coup j’ai personne d’autre avec qui le faire. Parfois quand je suis allongée à côté de M. je passerais bien mon bras autour d’elle, mais non, je ne le fais pas, parce qu’on n’a plus 15 ans. Ne soyons pas naïf·ve·s, à nos âges, spooner c’est quand même un peu le meilleur des préliminaires. Une main, ça dérape rapidement.

4/ Avoir chaud la nuit

Vous avez été au moins 3 à mentionner cet argument dès le début de votre message. « À deux dans le lit on a plus chaud« . Ben j’ai envie de dire oui. C’est pour ça que j’ai une bouillotte. C’est pour ça qu’il y a des gens qui adoptent des chats. Des chiens. Des choses vivantes qui respirent et qui se mettent dans un lit quoi. Donc non, va falloir mieux faire pour me convaincre. D’autant qu’à choisir, mon chat quand il me saoule ou qu’il a rempli sa mission, je le vire du lit. X. c’est plus compliqué. Déjà parce qu’il est plus lourd. Ensuite parce que la dernière fois, quand il s’est réveillé en se fracassant la gueule par terre, il a été beaucoup plus rancunier que mon chat. Depuis il est collé au matelas, son bras est collé à ma poitrine, c’est insupportable.

5/ Le sexe

Ah quand même, on y vient.

 » Parce que tu as quelqu’un pour te soutenir dans tout ce que tu fais et qu’en plus tu peux coucher avec », E.

Merci E. pour cette phrase simple et éclairante. Je vous propose de garder la fin « et qu’en plus tu peux coucher avec », qui me parle particulièrement, mais de remplacer le début. Parce que le concept de « te soutenir dans tout ce que tu fais », je ne sais pas trop. Quelque part j’attends de mon couple un peu d’honnêteté. Et le jour où je vais avoir envie de me relancer dans Skam et programmer mon déménagement pour Oslo, j’espère bien que X. ne me soutiendra pas dans ce projet.

Mais votre phrase marche très bien dans les cas suivants (qui me concernent davantage) :
– Parce que tu as quelqu’un pour venir te chercher à l’aéroport et qu’en plus tu peux coucher avec (bye-bye Mytaxi)
– Parce que tu as quelqu’un pour poser tes étagères et qu’en plus tu peux coucher avec (bye-bye messieurs Ikea)
– Parce que tu as quelqu’un pour faire ta déclaration d’impôts et qu’en plus tu peux coucher avec (bye-bye Helmut le Steuerberater)

Je lève mon verre à ces futures collaborations fructueuses où, enfin, l’homme transpirant dans mon appartement aura raison de penser que je vais finir par me déshabiller.

6/ Le sexe de qualité

« Parce que c’est trop bien de faire l’amour avec la même personne car ça gagne chaque fois en intensité, en intimité », M.

Alors là, M., permettez-moi d’émettre un doute. Sommes-nous tous·tes d’accord avec cette phrase ? Je n’en suis pas sûre. Déjà parce qu’à mon avis y a un moment où tu stagnes, forcément. Gagner chaque fois en intensité, en intimité… Bon ou alors vous faites partie de la catégorie des gens qui disent avoir du sexe 3 fois par semaine alors qu’en fait c’est 3 fois par an. Aucun jugement dans cette phrase, juste une tentative de compréhension. Ensuite, dans ce « c’est trop bien de faire l’amour avec la même personne », excusez-moi mais j’ai envie de vous dire « M., sérieusement, entre nous, c’est qui que vous essayez de convaincre là ? »

Bon, après je suis d’accord hein, c’est vrai qu’en faisant l’amour avec la même personne, on apprend à se connaître mutuellement et à trouver le meilleur terrain d’entente pour que chacun ait un max de plaisir. Et puis l’amour qui vous prend, les mots doux entre deux coups de rein, c’est vrai que c’est bien, mais un truc me fait quand même un peu peur. Y a pas un moment où ça devient routinier ? Je me rappelle d’une copine qui me disait « il sait exactement comment me faire monter aux rideaux ». Mouais… Alors c’est chouette mais en même temps du coup on s’y attend à chaque fois quoi. J’avais un ex comme ça, le sexe était théoriquement génial car j’avais un orgasme à chaque fois, mais en pratique c’était pas si bien en fait. Je me faisais un peu chier je crois. C’était presque un peu mécanique. Même les trucs surprenants ne l’étaient plus. Alors je sais pas trop. À voir.

7/ La drague à côté

« Parce que ça pimente d’autant plus tes jeux de séduction avec des inconnu·e·s », E.

Décidément E. je vous aime bien ! Déjà parce que vous avez adopté l’écriture inclusive dans votre message, et ça, bien ouej ! Ensuite parce que ça sous-entend plein de choses excitantes. Enfin parce que j’aime cet argument. Vous avez su me parler. Après je reste un peu sceptique sur le concept de « jeu ». À quel moment la partie est finie selon vous ? Quand l’un des deux a craqué ? Quand l’un des deux quitte la partie ? N’est-ce pas un peu dangereux ? Je vous inviterais bien à développer votre propos…

8/ Le quotidien

« Parce que tu peux partager des choses au quotidien et que le quotidien c’est quelque chose de rassurant », E.

Chère E, merci pour ce point qui est sorti du lot, personne d’autre ne l’ayant mentionné, et qui m’a également beaucoup parlé. Typiquement vous titillez là l’une de mes angoisses. Freelance, en déménagement constant, entre 3 à 6 villes par an, le quotidien c’est pas la passion de ma vie. Et pourtant je vous rejoins, les habitudes, c’est rassurant. Vous êtes en train de nourrir une idée qui me parle bien : un homme qui serait une ancre, un homme qui incarnerait ce quotidien, ces habitudes, ces choses de la vie qui rassurent entre deux avions. L’idée est à creuser, mais je vous remercie déjà.

9/ L’argent

« Parce que tu peux acheter une maison et payer un crédit sur 20 ans !« , E.

Ah, l’argent ! Vous avez bien cerné la fille vénale que je suis. En Allemagne c’est également l’une des premières raisons que l’on cite : les IMPÔTS. Être en couple, a fortiori marié·e, c’est synonyme d’un bon nombre d’économies. Les Airbnb, les hôtels, les impôts, Spotify, Netflix… J’avoue, partager c’est rentable.

10/ La bonne personne

« Pour répondre à ta question, j’adore être avec P. (j’ai pas envie d’écrire « en couple » parce que si c’était pas lui, ce serait peut-être pas aussi bien) parce que (…)« , C.

« C’est pas être en couple qui est trop bien, c’est être en couple avec une bonne personne !« , A.

Aha. Je vois. En fait il y a une condition à tout cela. Qui expliquerait le sexe de moyenne qualité donc je parlais plus haut. Qui expliquerait aussi pourquoi à terme j’ai fini par trop kiffer ma condition de célibataire. Qui expliquerait pourquoi j’ai bien plus envie d’emménager avec mon amie M. qu’avec n’importe quel amant passé dans ma vie jusqu’à présent. Il s’agirait de trouver la bonne personne. Et alors là, si on vous écoute chère C., c’est festival :

« Parce qu’il m’apporte beaucoup de confiance et de sérénité :

    –> parce qu’avec lui je suis moi-même. Je ne triche pas et il me comprend. Il est celui qui me connait le mieux et il m’aime comme je suis

    –> parce que je sais qu’il est toujours là pour moi. Il prend soin de moi, m’encourage… je peux compter sur lui et sur sa bienveillance 7/7j et 24/24h quoi qu’il arrive

    –> parce qu’avec lui je peux tout partager, sauf ce qu’on a décidé de ne pas partager 🙂

    –> parce qu’on peut aller n’importe où, quand je suis avec lui je me sens toujours chez moi. Dans ses bras, il fait toujours chaud, c’est doux et ça sent bon 🙂

– parce qu’il m’apporte de la joie et du plaisir :

    –> plaisir d’aimer. Parce que c’est beau et que ça fait du bien d’aimer réciproquement et de partager au quotidien des mots et des gestes d’amour avec la personne qu’on aime

    –> sexe à volonté, et surtout, de qualité

    –> plaisir de partager (un projet commun, les joies et les tristesses, un bon film, les courses :-)…)

    –> plaisir de donner de la joie et du bonheur, plaisir de choyer quelqu’un qu’on aime

    –> plaisir de la complicité

    –> parce qu’il me rend fière et que je l’admire

– Enfin, parce qu’on est tellement plus forts à deux. »

Chère C., ok, vous avez gagné, vous m’avez achevée. Nous apprécions toutes et tous votre sens aiguisé de la liste à puces et tous et toutes les célibataires cherchant l’amour vous détestent officiellement. De mon côté je vous remercie parce que vous avez fini par me faire sourire. Je ne me sens toujours pas franchement concernée MAIS vous avez réussi à piquer ma curiosité. Surtout, je veux bien accepter désormais que oui, il y a des gens en couple depuis plus de 10 ans qui sont heureux, vous en êtes donc officiellement l’exemple. Et la prochaine fois que je croiserai des couples et des familles au parc, je ne les plaindrai plus. Je les ignorerai simplement ;).