Top 10 des chansons de Final Fantasy

Comme vous le savez peut-être, Square Enix nous a enfin gratifiés du 15ème épidose de sa saga Final Fantasy, fébrilement espéré depuis une bonne dizaine d’années. Après autant d’attente, nous plonger dans le très bon FFXV (bien que beaucoup trop court) a logiquement ouvert notre robinet à nostalgie quant à ses prédécesseurs. Car en bonnes petites geekettes, notre histoire s’est trouvée rythmée par la sortie des différents opus, dont certains devaient fortement nous impacter. Tout un pan de notre culture résumé dans quelques CD.

16117233_10154427755039541_256369268_n
(L’instant « on se la raconte grave »: notre PSP édition FF Crisis Core, dédicacée par Hironobu Sakaguchi)

On a tous son jeu fondateur; nous, ce fut Final Fantasy. Pour la première fois, un monde médiéval et technophile, démesuré et hypnotique, dystopique et onirique prenait vie sur un notre petit écran, univers à la cartographie sans limites dont nous étions à la fois spectatrices et actrices. Final Fantasy, c’était l’excitation précédant les quelques heures d’immersion permises le week-end par l’intransigeance parentale, et une semaine à rêver de la prochaine fois. C’était les soirées gaming entre amies, les yeux rivés sur l’écran à causer stratégies et à réinventer les dialogues des personnages en version NSFW. C’était des nuits à regarder béatement le plafond en attendant que le sommeil vienne, bercée par les mélodies de Nobuo Uematsu – et plus tard, de Masashi Hamauzu -.

En effet, impossible de sérieusement parler de la saga sans évoquer son univers musical. Nous nous sommes replongées dans ses bandes-originales : force fut de constater que malgré les quelques années, l’émotion est demeurée intacte. Nous avons donc rempli la difficile mission d’en sélectionner 10. A écouter à chaque moment de panique, de stress ou de déprime, pour vous souvenir que la vie selon Nobuo est belle.

165576-stranger
(Source)

Disclaimer : le titre de l’article est quelque peu mensonger: ce ne sont sûrement pas les meilleures chansons, mais du moins nos préférées. Désolées donc de ne pas citer Battle On The Big Bridge (XIII-2, reprise de FFV), les thèmes de bataille (FF IV, FF VIII et Crisis Core en tête), la version piano de Besaid Island (FFX), le thème de Terra (FFVI), le thème principal de FFXV… Admettons également que les opus post Final Fantasy X sont cruellement sous-représentés : il faut croire que le manque d’attaches sentimentales avec ces derniers amène à une certaine partialité.

To Zanarkand (FFX) :

Commençons avec la chanson parfaite pour se pendre.
Plus sérieusement, c’est sur cette superbe introduction que s’ouvre Final Fantasy X, jeu inégal – l’opulence de scènes cinématiques en gâche complètement le début – mais néanmoins beau, foisonnant et attachant:

A moment of Courtesy (Crisis Core) :

Nous aurions pu vous poster les trois quarts des chansons de Crisis Core ; nous tenterons néanmoins de nous limiter à cette dernière. Pour notre défense, précisons que nous entretenons une relation particulière avec cet opus, à notre sens le meilleur de la saga: une intrigue prenante offrant un éclairage pertinent sur l’avènement du cultissime Final Fantasy VII, des personnages bien trop attachants (dommage, ils claquent quasiment tous), un système de combat extrêmement fluide, du lyrisme à foison… Parfait, on vous dit.
La chanson qui suit est une déclinaison au violon d’un des thèmes principaux du jeu (l’autre, tout aussi beau, est à écouter ici). Nous n’avons jamais su en expliquer les raisons, mais cette pièce nous est tout simplement sublime, écoutable en boucle (nous vous avons d’ailleurs mis la version de 17 minutes, preuve que nous ne sommes pas les seules autistes en adoration devant cette chanson). Du foisonnant écosystème musical de Final Fantasy, Crisis Core est sûrement notre préféré et A moment Of Courtesy peut-être la plus appréciée.
**Rendons à César ce qui lui appartient et précisons que la majeure partie de la BO Crisis Core n’a pas été composée par Nobuo Uematsu, mais par Takeharu Ishimoto.

Version originale:

Vamo Alla Flamenco (FFIX) :

Final Fantasy IX est un peu notre vilain petit canard. Bien que considéré par beaucoup de nos amies comme le meilleur opus de la série – rien que ça -, nous n’avons jamais réussi à nous y attacher. Il faut dire  que suite au choc Final Fantasy VIII, tout ne pouvait être que médiocrité. Et puis, les personnages ont des queues de singe (domaine dans lequel nous avons déjà donné avec Dragon Ball). Néanmoins, reconnaissons une fois encore la qualité de l’OST, notamment via cette pièce étonnante :

 

Le thème d’Aerith (FFVII) :

Cette chanson est peut-être aussi emblématique de la saga que le thème de Sephiroth. Toute personne ayant grandi avec le septième du nom (et ses dérivés) ne peut écouter cette pièce sans friser la crise lacrymale aiguë. D’ailleurs, nous allons de ce pas chercher un – énième – rouleau de PQ :

Theme Of Love (FFIV) :

Ah la la Final Fantasy IV. Quand nous pensions ne jamais pouvoir nous perdre dans un Final Fantasy antérieur au septième…

One Winged Angel (FFVIII) :

Sephiroth. Outre nous avoir permis une certaine érudition sur le mystère de la création kabbalistique (qui a dit que l’on n’apprenait rien via les jeux vidéo), l’ange à une aile tient – avec Squall et Kakashi – la pôle position dans notre longue histoire de fantasmes humides procurés par des personnages purement fictifs. Etant l’un des méchants les plus charismatiques de l’univers du RPG, il lui fallait une chanson à la hauteur de sa démesure. C’est chose faîte avec cette dernière, déclinée en plusieurs versions sur FFVII, Crisis Core ou encore Advent Children. Nous avons choisi l’originale orchestrale :

Kaze No Ne (Crystal Chronicles) :

Avouons-le, nous n’avons jamais pris le temps de nous pencher sur cet opus. Mais rien que pour ses ballades mi cheezy mi enchanteresses mélangeant cornemuses écossaises, mélodies japonaises et rythmiques teintées d’orientalisme arabe, nous ferions bien de nous y mettre :

Le Thème des Chocobos :

Impossible de passer outre ce thème. Pour les néophytes, les Chocobos sont la mascotte inavouée de Final Fantasy : ces créatures sont apparues dans le II et n’ont jamais quitté la série depuis. Sortes de gros poussins au physique d’autruche (donc infoutus de voler, à part dans le IX si notre mémoire est bonne) et pouvoirs magiques, ils permettent généralement aux personnages de parvenir à des zones inatteignables à pied. Les Chocobos sont également très utiles pour trouver des objets enterrés. Nous proposons ici la version de Final Fantasy XV, véritable réservoir de bonne humeur (retrouvez ici les évolutions du thème, pour un bel instant nostalgie) :

Hammerheard (FFXV) :

Nous ne pouvions vous laisser sans faire honneur au petit nouveau de la saga. Sans surprise, la bande originale de FFXV est une merveille où se bouscule une multitude de pépites. Plutôt que de vous assommez d’une pièce triste (et vu la trame, vous n’avez que l’embarras du choix) ou lyrique, nous avons choisi l’une des musiques d’ambiance du jeu – sûrement pas la plus belle, grandiose ou émotionnelle, mais néanmoins l’une de nos préférées -. Simple, Hammerhead synthétise l’ambiance de Final fantasy XV : bluesy et baroudeuse, magnifiée d’une pointe de mélancolie.

Liberi Fatali (FF VIII) :

Comme sûrement beaucoup de petits gamers au cœur guimauve et mélomane, notre histoire d’amour avec Final Fantasy a commencé avec cette ouverture. Final Fantasy VIII restera LA révélation jeu vidéo de notre jeunesse : scénario sans faute, monde foisonnant, système d’évolution complexe et multitude de G-Force, qualité graphique encore peu atteinte pour l’époque, héros torturé à la beauté androgyne, histoire d’amour à l’eau de rose… Et on ne va pas se mentir, Nobuo était touché par la Grâce lorsqu’il a composé la bande originale de cet opus :

 

Bonus 1 : difficilement trouvable, ce thème de Final Fantasy VIII est un petit bijou de simplicité, de pureté et de mélancolie. Très peu cité, souvent oublié, nous nous devions de lui rendre justice:

Bonus 2 : et bien entendu, impossible de ne pas terminer sur le thème de victoire du jeu, véritable marque de fabrique et promesse de moments jubilatoires (que le fan qui n’a jamais eu, au moment d’une quelconque réussite, ce « tatatata-ta-ta-ta-tataaaaaaa!!!! » en tête nous jette la première manette). Voici une vidéo de ses différentes déclinaisons :

Et vous, quelles sont vos musiques préférées ?

(Credit Une: Square Enix
Remerciements spéciaux à Kim pour son aide éclairée)