Café Babel – « 2016, le sourire et la lumière »

Flickr - CC - Bhavishya Goel

Cette année aura été celle des frayeurs. Plus d’une fois, nous nous sommes réveillés le coeur serré, sans savoir très bien quoi dire, quoi penser ou quoi faire. Comme les réponses conventionnelles sont parfois trop courtes, demandons-nous pourquoi ne pas chercher des alternatives pour illuminer le présent.

L’activiste nord-américain Howard Zinn disait qu’avoir espoir en l’avenir quand le contexte nous asphyxie n’est ni stupide ni romantique. Il s’agit d’un mécanisme d’autodéfense qui nous permet d’agir en nous fondant sur le fait que l’Histoire n’est pas seulement remplie de cruauté, mais aussi de compassion, de sacrifice, de courage et de gentillesse. Déborder d’optimisme en 2016 est aussi difficile qu’impérieux. Le Brexit, la crise des réfugiés, le flirt avec l’extrême-droite, la guerre en Syrie, les attentats terroristes et une multitude de non-sens ont réussi à nous faire croire que nous vivons dans une pièce de théâtre absurde, irresponsable et de mauvais goût. Mais n’éteignons pas la lumière pour autant ! Parce que si nous le faisons, nous ne serons plus capables de réagir.

Avant d’ouvrir nos portes à 2017, jetons un coup d’oeil sur l’année qui se termine et réfléchissons. Avant qu’un tonitruant « mais quelle année de merde ! » ne nous vienne aux lèvres, réfléchissons aux dix phrases qui nous aident à poétiser (mais aussi à comprendre) la réalité sans pour autant badiner avec elle. Peut-être nous souviendrons-nous que, « si nous agissons, aussi simple soit notre geste, nous n’aurons pas à attendre un futur utopique, parce que le futur est une succession infinie de présents, et vivre maintenant tel que nous pensons que les êtres humains devraient vivre, nous défendant de tout le mal qui nous entoure, est en soi une merveilleuse victoire ».

Lire la suite sur cafébabel.fr