attn: : « There Are Different Ways to be an Introvert »

Pas toujours facile d’être introverti(e). Surtout quand on en considère la définition  « psychologie de comptoir » communément admise : outre l’allusion à peine implicite à votre caractère de loser congénital – les monstres sociaux sont forcément de meilleures personnes -, vous seriez un anxieux social chelou susceptible de tomber en catatonie après 2 minutes de conversation et préférant se terrer dans sa tanière (de vous à un épisode de Criminal Minds, il n’y a qu’un pas). Incroyable mais vrai : il y a en réalité plein de manières différentes d’être introverti, qui souvent d’ailleurs ne sont absolument pas des handicaps sociaux, au contraire. C’est juste que nous, nous savons nous arrêter dans la farce sociale, la sur-représentation de nous-mêmes et nous aimons bichonner notre espace personnel (en psychanalyse lacanienne, on appelle ça « bonne santé mentale »). À lire ici.

Pamela K. Johnson, 03/04/2016