Regards Croisés #15 Retour en France

©Chloé Desnoyers

Je suis en France pour trois mois. Comment j’en suis arrivée là? Toute une (autre) histoire. Bref, me voilà de « retour », même si depuis quelques années je vois surtout le retour dans l’autre sens. Un mois tout pile que j’ai posé le pied sur le sol français, il est temps de faire le point. Et puisque ça fait un mois que je suis de nouveau Française (et bourrée un jour sur deux à coup de bouteilles de Bordeaux), je vais faire ce qu’on aime le mieux dans mon pays, RÂLER.

Voici la liste des choses que je ne comprends pas depuis mon arrivée:

Les gens qui se mettent en travers des portes du métro pour les bloquer et laisser passer les gens qui courent alors que le bip a déjà résonné. Que franchement ça leur fait quoi d’attendre 2 minutes le prochain plutôt que de nous faire chier à retarder celui-là? Pourquoi les gens ont le réflexe de bloquer les portes de tout leur corps, ces mêmes gens qui ne bougent pas un doigt quand une fille se fait emmerder par un groupe de gros cons juste sous leur nez.

Les prof des écoles ou les personnes engagées dans l’éducation populaire qui mettent leurs enfants dans le privé.

Les étudiants en master 2 qui sèchent les cours (bon c’est vrai que certaines bouteilles de Bordeaux tapent fort).

Les abolitionnistes (prostitution) qui sont pour la GPA.

Les étudiants en lettres qui rêvent d’être écrivain, finiront prof ou assistant de prof, et se déclarent de droite.

Les professeurs d’allemand qui te proposent de passer le semestre à faire des exposés sur, PAR EXEMPLE, l’environnement ou les relations économiques France-Allemagne (taux de suicide en cours d’allemand, 62%).

Les femmes qui portent le voile, la burqa, le burkini, le niqab etc et qui disent que personne ne les a obligées, que c’est leur choix.

Les moments où je choisis de mettre un jean plutôt qu’une robe, un pantalon plutôt que des collants parce que j’anticipe le retour de soirée et je me dis que j’ai envie d’être tranquille et que je me dis, elle commence où la notion du choix? Parce que théoriquement, dans ma chambre devant mon dressing, personne m’a obligée.

Les cabinets psys à qui t’envoie un mail en octobre pour dire que tu vas pas très bien et que t’aimerais bien en parler à quelqu’un avant de repartir à l’étranger et qui te répondent que oui pas de souci, que pour un premier rendez-vous ils ont de la disponibilité en mai 2017.

Les salades à 1,20€ chez Biocoop.

Les salades à 1,50€ chez Monop.

Monop tout court en fait.

Frederic Beigbeger sur France Inter toutes les semaines.

La ligne easyjet Toulouse-Berlin quand à Marseille on est toujours obligés de payer 350 balles et passer par Paris en changeant d’aéroport.

L’absence de Car2Go et DriveNow. Pour ceux qui connaissent pas c’est des voitures qui sont garées dans la ville et que tu prends comme tu veux et que tu gares où tu veux et ça coûte presque rien et c’est méga développement durable et bref WTF sérieux?

Les cafés qui n’ont pas d’alternative au lait de vache.

Les mecs qui te sifflent/qui te parlent/qui te suivent en bagnole quand tu vas courir.

La menthe à l’eau à plus de 2,00€.

Bon allez, n’éxagérons pas. Il y a des trucs sympa quand même.

Free, t’as tout compris. Free, je t’en supplie, viens faire ta révolution chez les schleus. Ton forfait à 2€ c’est juste ma vie quoi.

Le pain et l’eau. L’eau et le pain. Gratuits. Oh mon dieu vous êtes sûr? Et vous remplissez la bouteille aussi? Oh oui je t’aime serveuse chérie.

Le vin rouge.

Le saucisson.

Le vin rouge et le saucisson ensemble. Avec du pain et de l’eau gratuits. Et un forfait sms illimités pour textoter bourrée à ses ex à la fin de la soirée.

Encore 2 mois à tenir.