Les Glorieuses – « Mode éthique »

©Les Glorieuses

A 15 ans, que souhaitiez-vous faire dans la vie ?

Anaïs Dautais-Warmel : « On n’est pas sérieux, quand on a 15 ans » eh bien cette banalité s’appliquait à mon cas. Je rêvais d’être comédienne, chanteuse et apporter de la joie de ce monde de biiiip. J’adorais faire des surprises, organiser des fêtes, et surtout me faire des looks improbables (3 tenues par jour jusqu’à mes 25 ans).

Laura Brown : Je voulais organiser des événements et entreprendre, mais je ne savais pas forcément dans quel secteur. D’ailleurs, j’aidais mes parents au sein de leur association pour organiser des voyages à destination des adhérents.

Vous n’en seriez jamais arrivées là si…

ADW : Si je n’avais pas décidé de me lancer encore une fois dans l’inconnu avec l’intime conviction que je pouvais agir à mon échelle en créant Les Récupérables, marque d’upcycling (revalorisation textile).

LB : Si…. je n’avais pas quitté mon précédent poste. Je devais me recentrer sur mes valeurs, ce que je voulais faire de ma vie et cela n’est pas simple lorsque l’on est cadre au sein d’une grand entreprise.

Quels sont les modèles féminins qui vous inspirent dans votre démarche ?

ADW : Basique, ma grand-mère qui m’a confié dès mon plus jeune âge la direction artistique de mes vêtements m’insufflant que Tout est possible à qui a le talent d’avoir envie. Je citerai également une grande dame qui m’a inspirée et m’inspire tous les jours par sa subversivité, son inventivité et son anti-conformisme : la femme à la chaussure sur la tête qui a posé les fondements d’une Mode transversale, Madame Schiaparelli.

LB : Oprah Winfrey de par son parcours, son engagement et sa détermination, Michelle Obama pour les mêmes raisons qu’Oprah, Beyoncé pour la force qu’elle donne aux femmes indépendamment de leur âge, nationalité, niveau social de croire en leur force.

Lire la suite sur Les Glorieuses