France Info – « Endométriose : informer les médecins pour un meilleur diagnostic »

En général, quand on vous cause endométriose, c’est plutôt en très mauvais termes. Par exemple, notre dernière lecture en date sur le sujet nous présentait comment Enora Malagré, 37 ans, n’avait pas trouvé d’autres solutions pour gérer ses douleurs que de se faire retirer l’utérus (prenez donc 10 minutes pour relire cette phrase, fermez les yeux, et imaginez une souffrance si forte que vous n’avez d’autre choix que de vous retirer une partie de corps – celle qui fait sois-disant de vous une femme – pour survivre). Mais bonne nouvelle : la Haute autorité de santé et le Collège national des gynécologues et obstétriciens français viennent d’actualiser une série de recommandations afin d’améliorer la prise en charge de la maladie. Elles sont à lire ici.

AFP, 17/01/2018