Fier Panda – « Annihilation, l’autodestruction poétique »

« Si vous êtes fans de Moderat, peut-être vous êtes-vous déjà interrogé sur le pourquoi de The Mark, l’ouverture de leur deuxième album. Après tout, I, premier méfait du groupe berlinois, déboulait sans préliminaires dans le vif avec l’addictif boléro électro A New Error, imposant sa patte sur l’entièreté de l’oeuvre. Pourquoi alors The Mark, un grondement brisé, minimaliste mais hypnotique d’à peine une minute, dont l’ambiance lourde se dissipait dès les premières notes de l’über single Bad Kindgom ? Il fallait juste se montrer patient : c’est au sein du film Annihilation que l’étrange pièce de Moderat trouve et imprime sa puissance narrative ». À lire ici.

Julie, 05/06/2018