Chris Evans est réellement Captain America

Nous aimons Chris Evans. Nous l’aimons au moins depuis que nous l’avons vu en amoureux cocaïné au bord de la crise de nerfs lancé dans des discussions hallucinées face à un Jason Statham à contre emploi. Nous l’avons encore plus aimé lorsqu’il était le seul mec intelligent d’un crew sensé sauver le monde en rallumant le soleil. Et apothéose, nous l’adorons depuis qu’il incarne l’un de super héros les plus difficiles – car anachroniques – de la famille Marvel: Captain America.

Nous aimons Chris Evans. Et nous l’aimons tout particulièrement lorsque par ses actions, il se confond étrangement avec le rôle qui le suivra sûrement jusqu’à la fin de sa carrière – en trollant des nazis sur la toile, par exemple.

Pour expliciter le dernier coup d’éclat de l’acteur, il nous faut rapidement revenir sur son soutien maintes fois mentionné sur les réseaux sociaux à Hillary Clinton et son aversion pour les écarts répétitifs de la nouvelle administration. Retraçons les hostilités:

 

Captain America 2017: Civil War

Rappelons-nous ce tweet adressé à la fangirl N°1 de Trump, Paul Manafort. Après la tempête suivant le plagiat par Melania Trump du discours de Michelle Obama, ce cher Paulo avait réussi – par une pirouette discursive bien digne des tenants du discours « alternative facts » – à retourner la faute contre… Hillary Clinton (phrase exacte:“This is once again an example of when a woman threatens Hillary Clinton, how she seeks out to demean her and take her down”). Mais pas d’inquiétude, Steve Ro… Euh pardon, Chris Evans veillait au grain:

Résumé en un tweet du troisième et dernier débat entre les deux candidats avant le jour fatidique (pour les jeunes qui nous lisent: l’élection américaine est la preuve irréfutable que vous pouvez être nuls mais quand même y arriver dans la vie, pour peu que vous appuyiez toutes les âneries qui vous traversent le ciboulot avec beaucoup d’aplomb et de violence):

Il y eut bien sûr le tweet de circonstance post « jour 0 de l’Apocalypse »:

Dans la série de tweets qui suit commence à apparaître le schéma qui finira par définitivement fusionner Chris Evans et Captain Mmmmmerica: des difficultés relationnelles certaines avec nos amis les nazis:

 

Cap’ avait Red Skull, Chris a David Duke

La semaine dernière vit la promotion de Jeff Sessions au poste de ministre de la Justice. Vous ne le connaissez pas ? Disons simplement que son élection a été saluée par David Duke (suprémaciste blanc, ancien patron du KKK et un champion toute catégorie de la conspiration antisémite)… A-t-on vraiment besoin d’en dire plus ? Allez, pour vous faire plaisir: Jeff n’aime pas beaucoup les pédés – euh, pardon, les homosexuels -. Il n’aime pas trop les noirs non plus – mais un peu plus que les arabes et les mexicains. Comme son patron, il ne croit pas au changement climatique; par contre, il croit dur comme fer que la tuerie de Colombine incombe aux jeux vidéos ainsi qu’à Marilyn Manson. Et il estime également que « prendre une femme par la chatte » ne peut être qualifié d’agression sexuelle. Bref, encore une charmant personnage qui ira grossir le bestiaire déjà bien trop fourni de Président Donald.
Suite à cette nomination, la réaction de Chris Evans ne se fit pas attendre:

David Duke s’empressa de répondre, employant une argumentation que nous avouons ne pas avoir bien pinée – c’est qu’il faut sûrement se perdre dans les succursales de Breitbart pour être « éveillée » à ce type de réalités que sont les « Zionists Wars » (les enfants, deuxième enseignement: malgré des connaissances historiques discutables – ce monsieur nie l’Holocauste -, David Duke prétend avoir un PhD en la matière. Comme quoi, sur un malentendu, tout le monde peut y arriver).

Et voici le clapback ultime – il n’aura fallu à Chris Evans que de rappeler à Duke certaines de ses punchlines les plus inspirées -:

Conclusion: nous sommes bien conscients que ces guéguerres ne se résument qu’à des tweets (pas la peine de nous faire un cours sur la théorie d’amplification des réseaux sociaux). Mais cela nous fait tout de même chaud au cœur. Car si vous vous penchez quelques minutes sur les citation d’Attardé En Chef, vous vous rendrez compte que la Bête Immonde se porte plutôt bien. Alors malheureusement, nous n’avons pas de Steve Rogers et de Sam Wilson pour lui infliger une correction méritée (quoi que…), mais au moins subsistent de « stupides acteurs » qui utilisent leurs plateformes et leur statut pour rendre les coups et ne pas se plier à la normalisation de ces idées nauséabondes. Chris, tu sera pour toujours notre Captain America.